| LUDOVIC TRARIEUX   |   HISTOIRE DU PRIX  | 1985 : LE PREMIER PRIX  |  PRIX 2015  | Le Livre d'Or  | INFORMATIONS  

Logo Prix Ludovic-Trarieux

  Prix International des droits de l'homme Ludovic-Trarieux
Ludovic-Trarieux International Human Rights Prize
Premio Internacional de Derechos Humanos Ludovic Trarieux
Internationalen Ludovic-Trarieux-Menschenrechtspreis
Prêmio Internacional de Direitos Humanos Ludovic Trarieux
Premio Internazionale per i Diritti Umani Ludovic Trarieux
Ludovic Trarieux Internationale Mensenrechtenprijs

"L'hommage des avocats à un avocat "

Home
2 mars 1984 : L'Inauguration.

Le " Prix des Droits de l'Homme - Ludovic Trarieux "


Le prix a trente ans (pdf) le prix ludovic trarieux


Depuis 30 ans
"La plus prestigieuse récompense décernée à un avocat en Europe"


Nelson Mandela, first Prize winner of the Ludovic-Trarieux Prize

Créé le 27 février 1984, sous l'impulsion du Bâtonnier Bertrand Favreau, le Prix International des Droits de l'Homme Ludovic-Trarieux " trouve son origine en 1898, avec la création par Ludovic TRARIEUX, en plein cœur de l'affaire Dreyfus, en France, de la " Ligue française pour la défense des Droits de l'Homme et du Citoyen ", qui est à l'origine de toutes les ligues créées depuis dans le monde. Cet "hommage des avocats à un avocat" est en matière de droits de l'homme la plus ancienne des récompenses internationales exclusivement réservée à un avocat sans distinction de nationalité ou de barreau.

Le lauréat est ainsi un avocat qui a, au cours des deux années qui précèdent le vote du Jury, "illustré par son œuvre, son activité ou ses souffrances, la défense du respect des droits de l'Homme, des droits de la défense, la suprématie du droit, la lutte contre les racismes et l'intolérance sous toutes leurs formes", après consultation des grandes associations humanitaires.

27 avril 1985 - Le Bâtonnier Bertrand FAVREAU, Président de l'IDHBB remet le premier Prix Ludovic-Trarieux à Zenani Mandela, tandis que son père est emprisonné depuis vingt trois ans en Afrique du Sud.

Le premier Prix Ludovic Trarieux a été attribué le 29 mars 1985. " Un avocat sud-africain lauréat du Prix de l'Institut des droits de l'Homme ", titrait alors le journal Le Monde dans une brève. Nelson Mandela n'était pas à l'époque le président de l'Afrique du Sud qu'il est devenu depuis. Il était alors emprisonné depuis 23 ans en Afrique du Sud. C'était un des cinq premiers prix à lui être décerné, et il s'agissait là de la première distinction jamais décernée par des avocats. C'était aussi la première en France. Il a été remis officiellement à sa fille, Zenani Mandela Dlamini, le 27 avril 1985. (Archives : La remise du Prix 1985 à Nelson Mandela)

Malheureusement, il ne fut pas possible d'attribuer le Prix de 1986 à 1990, en raison de l'opposition du barreau de Bordeaux. Le 11 février 1990, Nelson Mandela était libéré. A partir de cette date, il fut attribué un nouveau Prix en collaboration avec tous les avocats européens.

Le prix, devenu une institution, est désormais l'hommage annuel des avocats à un avocat du monde. Il est décerné conjointement par l'Institut des Droits de l'Homme du Barreau de Bordeaux, l'Institut de Formation en Droits de l'Homme du Barreau de Paris, l'Institut des Droits de l'Homme du Barreau de Bruxelles, l’Unione Forense per la Tutela dei Diritti Umani (Rome) et l'Institut des Droits de l'Homme des Avocats Européens - European Bar Human Rights Institute (IDHAE). Il est remis aux lauréats alternativement dans une des villes ou chacun des instituts exerce son activité..

Les lauréats :

 Prix Ludovic-Trarieux

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1984-1985

 

 

Nelson MANDELA (Afrique du SUD)

1986

 

 

Non attribué (-)

1988

 

 

Non attribué (-)

1990

 

 

Non attribué (-)

1992

 

 

Augusto ZÚÑIGA-PAZ (Pérou)  †

1994

 

 

Jadranka CIGELJ (Bosnie-Herzégovine)

1996

prix attribué conjointement à

 

Najib HOSNI (Tunisie)

et Dalila MEZIANE (Algérie).

1998

 

 

ZHOU Guoqiang (Chine)

2000

 

 

Esber YAGMURDERELI  (Turquie)


2002

 

 

Mehrangiz KAR  (Iran)


2003

prix attribué conjointement à

 

Digna OCHOA #

et Bárbara ZAMORA (Mexique).

# (à titre posthume)

2004

 

 

Aktham NAISSE  (Syrie)


2005

 

 

Henri BURIN des ROZIERS (Brésil)


2006

 

 

Parvez IMROZ (Inde)


2007

 

 

René GOMEZ MANZANO  (Cuba)


2008

 

 

U AYE MYINT (Birmanie)


2009

 

 

Beatrice MTETWA (Zimbabwe)


2010

 

 

Karinna MOSKALENKO (Russie)


2011

 

 

Fethi TERBIL (Libye)


2012

 

 

Muharrem ERBEY (Turquie)


2013

 

 

Vadim KURAMSHIN (Kazakhstan)


2014

 

 

Mahienour el-MASSRY (Egypte)


2015

 

 

Walid Abu al-KHAIR (Arabie Saoudite)


2016

 

 


Augusto Zúñiga-Paz travaillait depuis de nombreuses années pour la COMISEDH, la Comisión de Derechos Humanos qui s'occupait de plusieurs dossiers sensibles de violation des droits de l'homme lorsqu'il a reçu une lettre piégée qui lui a arraché l'avant-bras gauche. Réfugié politique en Suède avec sa famille, il a continué son combat pour les droits de l'homme et contre tous " les terrorismes ". Il a reçu le " Prix Ludovic Trarieux " le 8 avril 1992 à Bordeaux.

Jadranka Cigelj, catholique et spécialiste de droit du travail, faisait partie de la "catégorie" des intellectuels, détenue au camp d'Omarska, puis au camp de Trnopolje. Elle dut endurer brutalités, tortures et sévices sexuels, en ex-Yougoslavie. Seule l'intervention du Comité International de la Croix Rouge a permit de faire cesser le supplice. Un film a raconté son expérience dans les camps. Elle a dédié son prix aux cinq femmes tuées dans le camp d'Omarska.

Les co-lauréats du 4ème Prix étaient tous deux d'Afrique du Nord. Aux cotés de l'avocate algérienne, Dalila Meziane, militante des droits de la femme au péril de sa vie, Najib Hosni était, comme Mandela, en détention lors de l'attribution du Prix. Trois mois après la remise de son prix, à Bordeaux, entre les mains de son représentant, le Dr Hélène JAFFE, Président de AVRE, Najib HOSNI a été libéré par grâce présidentielle spéciale du président BEN ALI, le 14 décembre 1996.

Le V ème Prix a été attribué, le 25 Mai 1998, à l'avocat chinois ZHOU Guoqiang, condamné aux camps de rééducation par le travail. Libéré, il ne put venir recevoir son prix par crainte de ne jamais plus pouvoir retourner en Chine, comme nombre de dissidents chinois qui se trouvent aujourd'hui en exil. Zhou Guoqiang a demandé à Liu Qing,, président d'HUMAN RIGHTS IN CHINA, de venir de New York pour recevoir en son nom le Prix . C'est Robert BADINTER, ancien garde des Sceaux et ancien président du Conseil Constitutionnel de France, qui lui a remis le " Vème Prix International des Droits de l'Homme Ludovic Trarieux ", le 2 octobre 1998, dans le grand amphithéâtre de l'Ecole Nationale de la Magistrature à BORDEAUX. Lors de cette cérémonie, LIU Qing a lu le discours écrit pour la remise du Prix par le lauréat.

 

 2 octobre 1998 Robert Badinter remet le Prix Ludovic-Trarieux à Liu Qing

 

Ugur Yagmurdereli -Photo BAP

Ugur Yagmurdereli lisant le discours de son père. Photo BAP

Par délibération du 2 mars 2000, le jury du " Prix International des droits de l'homme Ludovic-Trarieux " a attribué le Prix 2000 à l'avocat, écrivain et militant des droits de l'homme turc Esber Yagmurdereli qui purge depuis juin 1998 une peine de prison pour avoir prôné une solution pacifique au problème kurde.

Le Prix a été remis le 29 septembre 2000 à son fils, M. Ugur Yagmurderli et à sa soeur, Mrs Sumru Yagmurdereli dans le Grand Amphithéâtre de l'Ecole Nationale de la Magistrature à Bordeaux.

Le jeudi 18 janvier 2001, la Cour de Samsun (Turquie) a ordonné la libération de Esber Yagmurdereli. Officiellement, la décision, prise à l'unanimité par la Cour, est censée être consécutive à la loi dite " d'amnistie " de décembre 2000.

Par délibération du 23 mai 2002, le jury du " Prix International des droits de l'homme Ludovic-Trarieux " a attribué le Prix 2002 à l'avocate et journaliste iranienne Mehrangiz KAR, avocate de la condition féminine en Iran, une des figures emblématiques de toutes les femmes qui osent se battre contre le pouvoir islamiste et représentent un symbole d'espoir pour tout le peuple iranien.

Le Prix lui a été remis le 24 octobre 2002, à la Maison du Barreau à Paris, par le Premier Président de la Cour de Cassation.( La remise du Prix 2002 à Mehrangiz Kar)

27 avril 1985 - Le Bâtonnier Bertrand FAVREAU, Président de l'IDHBB remet le premier Prix Ludovic-Trarieux à Zenani Mandela, tandis que son père est emprisonné depuis vingt trois ans en Afrique du Sud.

The ceremony Award 2003

Les 21 avocats européens, membres du Jury du 8ème Prix International des Droits de l'Homme "LUDOVIC-TRARIEUX " 2003 ont décerné le 8ème Prix " Ludovic-Trarieux ", conjointement à Digna Ochoa y Plácido (à titre posthume) et à Bárbara Zamora Lopez.

En 2003, avec Digna Ochoa, c'est la première fois depuis sa création en 1984 que le Prix est attribué à titre posthume. Avocate des droits de l'homme au Mexique, Digna Ochoa avait défendu entre autres des personnes accusées de connivence avec le mouvement zapatiste. A maintes reprises, elle a dénoncé la torture et les violences subies par ses clients pendant leur passage dans les services de police. Après avoir reçu à plusieurs reprises des menaces diverses elle a été assassinée le vendredi 19 octobre 2001, à l'age de 37 ans, d'un coup de fusil, alors qu'elle se trouvait à son cabinet de la rue Zacatecas, en plein centre de Mexico. La co-lauréate, Barbara Zamora fut la proche collaboratrice et l'associée de Digna Ochoa. Elle milite pour la défense des droits de l'Homme au Mexique a reçu à son tour les mêmes menaces en mars 2002.

Les 21 avocats européens, membres du Jury du 9ème Prix International des Droits de l'Homme "LUDOVIC-TRARIEUX " réunis à la Maison du Barreau de Paris, Place Dauphine, le Lundi 26 avril 2004 ont décerné le 9ème Prix " Ludovic-Trarieux " à Akhtam Naisse, avocat syrien , président des Comités de Défense des Libertés Démocratiques et des Droits de l'Homme en Syrie(CDF) , et Vice-Président de la Commission Arabe des Droits de l'Homme, détenu de 1991 à 1998 et arrêté de nouveau le arête le 13 avril 2004 par la sécurité militaire. Aktham Naisse a été libéré sous caution le 17 août 2004 et a reçu son Prix, le 8 octobre 2004, à Bruxelles, dans la salle des audiences solennelles de la Cour de cassation. Le 26 juin 2005, Aktham Naisse, Prix Ludovic Trarieux 2004, a été finalement acquitté, la Cour suprême syrienne de sûreté de l’Etat renonçant à ses poursuites.

 

Le Xème Prix International des droits de l'homme Ludovic-Trarieux, décerné par le Jury réuni à la Maison du Barreau à PARIS, le 23 mai 2005, à l’occasion du vingtième anniversaire du Prix, a été attribué à Henri Burin des Roziers, 75 ans, à la fois dominicain et avocat au Brésil depuis 1984 qui se consacre à la défense les « sans terre » dans l'Etat du Para, comme avocat de la Commission pastorale de la terre.
Depuis 1999, sa tête est mise à prix selon une liste publiée par le journal Estado de Sao Paulo, comme l’était celle de la missionnaire américaine, Dorothy Stang, assassinée par des tueurs à gages le 12 février 2005. Depuis le 23 février 2005, Henri Burin des Roziers a été placé sous protection policière de cet Etat à la demande de l'Ordre des Avocats du Brésil.
Le Prix lui a été remis le 27 octobre 2005 à Paris par le bâtonnier Jean-Marie BURGUBURU , bâtonnier de l'ordre des Avocats du barreau de Paris. ( La remise du Prix 2005 à Henri Burin des Roziers)

 

 

Le XIème Prix International des droits de l'homme Ludovic-Trarieux, décerné par le Jury réuni dans la Salle du Conseil de l’Ordre des Avocats du Palais de Justice de Bruxelles, le 2 juin 2006, a été attribué à l’avocat indien, Parvez Imroz, 55 ans, avocat à Srinagar (la capitale du Cachemire), fondateur et président de l’Association des parents de Disparus (APDP) Association of Parents of Disappeared Persons, organisation créée en 1994, qui recherche et rassemble les parents de « disparus » au Jammu-et-Cachemire.

Parvez Imroz est également le président de la Coalition de la Société Civile de l’Etat indien du Jammu-et-Cachemire (J&K Coalition of Civil Society (JKCCS) qui travaille à unir les efforts des organes de la société civile du Cachemire.

Le prix a été remis à Bordeaux, dans le grand amphithéâtre de l'Ecole Nationale de la Magistrature, le vendredi 13 octobre 2006, par M. Dean Spielmann, juge à la Cour Européenne des Droits de l'Homme de Strasbourg à la femme de Parvez Imroz venue spécialement du Cachemire pour accepter la récompense au nom de son mari empêché de sortir du territoire par les autorités indiennes (Photo Jean-René Tancrède- ADS). ((Cérémonie de Remise du Prix 2006.)

Photo - Copyright © Belgian Senate


Le XIIème Prix International des droits de l'homme Ludovic-Trarieux, a été décerné, le 11 mai 2007, à l’avocat cubain René Gómez Manzano, fondateur de l'organisation indépendante d’avocats, le Corriente Agramontista de Abogados Cubanos, qui préconisait la réforme du système judiciaire. En 1991, il a publié un manifeste appelant à l’instauration d’un État de droit, de l’indépendance des magistrats et à la démocratisation et la décentralisation de l’organisation judiciaire.
Les autorités cubaines ont remusé d'accorder à René Gómez Manzano "permission de sortie" du territoire pour se rendre en Belgique pour y recevoir le Prix Ludovic Trarieux. L'autorisation a été refusée le 15 octobre, la veille du jour prévu pour son départ en avion pour l'Europe.
Le Prix a été remis dans l'hémicycle du Sénat du Royaume de Belgique, à Bruxelles, le 19 octobre, par Le président du Sénat, M. Armand DE DECKER et par le bâtonnier de l'Ordre français des avocats au barreau de Bruxelles, Robert DE BAERDEMAEKER à trois avocats cubains, membres du "Corriente Agramontista" des avocats indépendants, Juan ESCANDELL RAMIREZ, Luis FERNANDEZ et Pedro FUENTES CID, qui avaient recu le mandat de se rendre à Bruxelles pour recevoir, de concert , le Prix au nom de M. René Gómez Manzano. ( La remise du Prix 2007 )

 

 

Le XIIIème Prix International des droits de l'homme Ludovic-Trarieux 2008, a été attribué par le Jury réuni dans la Salle du Conseil de l’Ordre des Avocats du barreau de Luxembourg, à la majorité absolue des voix, à U Aye Myint, avocat de Pegu(Birmanie/ Myanmar), spécialisé dans le droit du travail .

En novembre 2003, il a été condamné à mort pour avoir transmis des informations sur le recours continu au travail forcé en Birmanie à l'Organisation international du travail (OIT). La peine de mort a été commuée en janvier 2005 en peine de trois années d’emprisonnement. Libéré en en janvier 2005, U Aye Myint a de nouveau été arrêté en août 2005 et condamné le mois suivant à sept ans de prison pour avoir porté à la connaissance de l’OIT les plaintes de villageois qui avaient été dépossédés de leurs terres. Il a été libéré en juillet 2006 grâce à une forte pression de l'OIT. U Aye Myint reste une cible permanente de la junte militaire au pouvoir.

Le Prix a été remis personnellement au lauréat à Rangoon en septembre 2008, par Mario Lana, président de l'Unione Forense per la Tutela dei diritti umani (UFTDU). Il a été ensuite remis lors d'une cérémonie officielle in abstentia, le 22 octobre 2008, au Sénat de la République Italienne, à Rome, par Madame Emma Bonino, vice-présidente du Sénat italien. (Photo UFTDU). ((Cérémonie de Remise du Prix 2008 sur youtube.)

Photo - Copyright ©Jean René Tancrède


Le XIVème Prix International des droits de l'homme Ludovic-Trarieux 2009 a été remis le Jeudi 29 octobre 2009, à la Maison du Barreau à Paris, à Beatrice Mtetwa, éminente avocate des journalistes, présidente sortante de la Law Society of Zimbabwe (LSZ), pour sa contribution essentielle dans la lutte pour le droit à la liberté d’association, de réunion et d’expression et de l'état de droit au Zimbabwe par Monsieur Jean-Jacques HYEST, Sénateur, Président de la Commission des lois, représentant Monsieur Gérard LARCHER, Président du Sénat.
Premier lauréat africain depuis Nelson Mandela emprisonné en 1985, Beatrice Mtetwa, présidente de la Law Society of Zimbabwe (LSZ), avocate des journalistes, s'est illustrée dans la défense de ceux qui ont été arrêtée et détenus pour avoir exercé leur droit à la liberté d’association, d’assemblée et d’expression au Zimbabwe.


Photo à gauche : Beatrice Mtetwa, Bertrand Favreau, Jean Castelain, Jean-Jacques Hyest

La remise du Prix 2009)

 

 

Le Prix Ludovic Trarieux 2010 a été remis à Karinna MOSKALENKO (RUSSIE) le vendredi 8 octobre 2010 dans le cadre solennel du Chateau de Montesquieu à La Brède, près de Bordeaux lors d'une cérémonie émouvante au cours de laquelle les représentants des Barreaux européens se sont succédés pour rendre hommage à l’avocate qui n’avait pas hésité, devant les brimades et avanies, ou des risques plus graves encore, avait connu ses confrères qui hésitaient à défendre les droits de l’Homme à un recours systématique à l’arme pacifique qu’est le droit européen et international.

Karinna MOSKALENKO a dédié son prix à tous les avocats courageux du Centre de Protection Internationale, qu'elle a créé en 1994 et qui se consacre notamment à la défense des détenus dans les prisons russes et aux disparitions forcées en Tchétchénie. Elle a déclaré que ceux qui voulaient faire disparaître les violations des Droits de l’Homme en Russie étaient les vrais patriotes russes, et appelé à une espérance nouvelle.

M. Alain ROUSSET, Président du Conseil Régional d'Aquitaine remet le Prix Ludovic-Trarieux 2010 à Karinna MOSKALENKO (Russie)

Photo - Copyright ©Jean René Tancrède


Madame Viviane REDING, vice-présidente de la Commission européenne en charge de la Justice, des Droits fondamentaux et de la Citoyenneté, a remis le Prix international des droits de l'Homme"Ludovic Trarieux" 2011, le 1er décembre 2011 à Bruxelles, à Fethi Terbil, avocat libyen de 41 ans, au sein de la prestigieuse salle des audiences solennelles de la Cour de cassation à Bruxelles. Fethi Terbil a notamment été l'un des avocats des familles des victimes du massacre de la prison d'Abou Selim, près de Tripoli, en 1996. Plus de 1.000 détenus y ont péri .


2011

 

 

Le XVIIème Prix International des Droits de l’Homme « Ludovic-Trarieux » 2012 a été remis à Muharrem ERBEY (Turquie), par Madame Sabine Leutheusser-Schnarrenberger, Ministre de la Justice de la République d’ »Allemagne, le 30 novembre 2012 , dans la grande salle d'audience de la Cour d'Appel à BERLIN. Muharrem Erbey, avocat kurde de Diabakir, vice-préside,t de Insan Haklari Dernegi – IHD –(la Ligue Turque des Droits de l’Homme) et ardent défenseur des militants et parlementaires kurdes, était détenu depuis 2009, étant détenu depuis 2009. Le prix a été remis in abstentia à son épouse. Muharrem ERBEY a été libéré le 12 avril 2014.

Photo - Copyright ©Jean René Tancrède


Le XVIIIème Prix International des Droits de l’Homme « Ludovic Trarieux , a été attribué à Vadim Kuramshin, arrêté pour la première fois le 23 janvier 2012, puis condamné le 7 décembre 2012 à 12 ans de prison sous « régime strict » par le Tribunal régional de Zhambyl, sous l’accusation d’avoir voulu extorquer de l'argent à l'assistant du procureur du district . Le Prix a été remis à sa Mère Olga Koltunova par Christiane Féral-Schuhl, à la Maison du Barreau de Paris le jeudi 5 décembre 2013.

2011

 

 

le XIXème prix Ludovic Trarieux a été remis à Florence , le 31 octobre 2014, à l’occasion du congrès de l’Union internationale des avocats, à Mahienour El-Massry, une jeune avocate égyptienne de 28 ans Plusieurs fois emprisonnée, Mahinour el-Masry fut, en 2011, à Alexandrie une figure de proue de la défense des droits de l’homme, en organisant des manifestations pacifiques en faveur de l'indépendance du système judiciaire et des droits des prisonniers condamnée, pour avoir participé à une manifestation organisée par des avocats devant un commissariat de police à Alexandrie Fin juin 2014, alors qu'elle était derrière les barreaux, elle s'est vue attribuer le prix Ludovic-Trarieux 2014. Elle venait d’être libérée de prison à la suite d’appels réitérés du jury du prix, la lauréate a dédié son prix à ses camarades de détention toujours en prison qui n’avaient pas eu la même chance qu’elle. La cérémonie présidée par le président Stefen L. DREYFUSS, président en exercice de l’UIA.

Photo - Copyright ©Jean René Tancrède


C’est très exactement 30 ans et 7 mois, jour pour jour, après Nelson Mandela, emprisonné, que Walid Abu al-Khair a reçu le 20ème Prix Ludovic Trarieux au palais de justice de Genève le 27 novembre 2015, à l’occasion des 120 ans de l’existence de l’ordre des avocats de Genève. Walid Abu al-Khair emprisonné pour une durée de 15 ans, pour outrage au souverain, aurait voulu que sa femme, Samar Badawi, puisse le représenter lors de la cérémonie de remise. Les autorités saoudiennes en ont décidé autrement, et l’ont frappée d’une interdiction de sortir du territoire. Dès lors, Walid Abu al-Khair n’a eu d’autres issues que de demander à son avocat, Maître Dan Arshack, avocat au Barreau de New-York et de Londres, de venir le représenter et recevoir le Prix en ses lieu et place.


2011

 

 

page precedente haut de la page page suivante

Back to homepage